Intervenant par vidéoconférence, samedi 10 juin, lors d’un meeting à Kinshasa, Moïse Katumbi a réaffirmé son souhait d’une candidature unique de l’opposition. Mais l’acquittement par la CPI de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, qui demeure très populaire dans le pays, pourrait bouleverser la donne.

Sous la chaleur assommante du soleil kinois, ils sont plusieurs milliers  à avoir fait le déplacement jusqu’à la place Sainte-Thérèse, dans la commune de N’Djili. Nuée de drapeaux, sono tonitruante, ambiance populaire… Rassemblés sous la bannière d’Ensemble, les partisans de l’opposant Moïse Katumbi se sont livrés, ce samedi, à une démonstration de force dans la capitale congolaise.

Exilé en Europe depuis deux ans en raison des poursuites judiciaires menées à son encontre, l’ancien gouverneur du Katanga s’est adressé à ses troupes par vidéoconférence.

Themba Hadebe/AP/SIPA

Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité, pas de travail. Je vais rentrer pour résoudre tout cela

« Je sais que vous souffrez, a-t-il déclaré à la foule – qui occupait toutefois moins de la moitié de la place. Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité, pas de travail. Je vais rentrer pour résoudre tout cela. »

« Mon frère Félix Tshisekedi »

En écho à un communiqué publié le 25 mai, Moïse Katumbi a réaffirmé son souhait d’une candidature unique de l’opposition à la présidentielle, avec « [son] frère Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ». Nulle mention, en revanche, de Jean-Pierre Bemba, dont il a simplement salué l’acquittement en appel, le 8 juin, devant la Cour pénale internationale.


>>> A LIRE – CPI – RDC : Jean-Pierre Bemba acquitté en appel


Après avoir passé dix années en prison à La Haye, l’ancien vice-président pourrait faire une entrée surprise dans le jeu politique – déjà complexe – en vue des élections prévues le 23 décembre prochain. Au siège de son parti, le Mouvement de libération du Congo (MLC), l’annonce de son acquittement a été accueillie dans la liesse par ses partisans.

Michael Kooren/AP/SIPA

Notre objectif est de parvenir à un candidat unique de l’opposition et que celui-ci soit Jean-Pierre Bemba

« La fête a duré jusqu’à 1 h du matin, s’enthousiasme Valentin Gerengo, président du MLC à Kinshasa et assistant parlementaire du sénateur Jean-Pierre Bemba. Il sera candidat à l’élection présidentielle. Notre objectif est de parvenir à un candidat unique de l’opposition et que celui-ci soit Jean-Pierre Bemba. »

Difficile, pour l’heure, de connaître les ambitions exactes du chef du MLC, qui ne s’est pas encore exprimé publiquement et demeure en détention en raison des poursuites encore en cours dans l’affaire portant sur une subornation de témoins.

Un acquittement chaudement salué

En attendant sa probable libération – la Chambre d’appel a appelé les juges de première instance à « examiner d’urgence » sa mise en liberté -, les principaux ténors de l’opposition  ont tous chaudement salué la décision de la Chambre d’appel de la CPI.

La décision de la CPI renforce les rangs de l’opposition. Nous verrons en temps voulu comment nous allons nous comporter

Mais y aura-t-il bisbille si Jean-Pierre Bemba venait à faire acte de candidature ? « Jean-Pierre est notre frère, juge pour sa part Augustin Kabuya, secrétaire général adjoint de l’UDPS, le parti de Félix Tshisekedi. La décision de la CPI renforce les rangs de l’opposition. Nous verrons en temps voulu comment nous allons nous comporter. »

Du côté de la majorité présidentielle, on affiche une certaine sérénité à l’idée d’un retour au pays de celui qui s’était opposé au président Joseph Kabila lors de la violente crise post-électorale de 2006-2007.

« Son acquittement n’est certainement pas une menace, estime André-Alain Atundu, porte-parole de la majorité présidentielle. À son retour, nous lui souhaiterons la bienvenue  au Congo.  Nous menons le combat pour la démocratie et la modernisation de notre pays, et notre porte est ouverte à tous les patriotes. »

Lisez l’article a la source