Les oppositions ont déposé, mardi, des amendements pour tenter de faire tomber la mesure phare du projet de modernisation des institutions, que veut le chef de l’Etat.

Baisse du nombre de parlementaires ou instauration de la proportionnelle. Ces mesures emblématiques de la réforme des institutions voulue par le président de la République, Emmanuel Macron, ne seront examinées qu’en septembre au Parlement, dans le cadre des projets de loi organique et ordinaire. Mais elles déclenchent déjà de sérieuses passes d’armes entre la majorité et l’opposition à l’Assemblée nationale.

Mardi 17 juillet, au sixième jour de l’examen de la réforme constitutionnelle, des députés de droite comme de gauche ont vivement critiqué la volonté du gouvernement de diminuer de 30 % le nombre de parlementaires, en s’inquiétant à l’avance du futur redécoupage et de l’agrandissement de la taille des circonscriptions. « Il y aura un lien toujours plus distancié avec les Français, a notamment mis en garde le député La France insoumise (LFI), Eric Coquerel. Le pouvoir sera plus technocratique, la politique deviendra un métier. »

Des socialistes (PS) aux Républicains (LR), en passant par les « insoumis » ou les communistes, des députés de divers bords de l’opposition ont déposé des amendements pour tenter de faire tomber la mesure phare du projet de modernisation des institutions, voulu par le chef de l’Etat. Celui de LR visait à « constitutionnaliser le nombre actuel de députés à l’Assemblée nationale », celui du PS à « maintenir le nombre de 577 députés à l’Assemblée nationale ». Tous ont été rejetés.

« Le sport national est l’antiparlementarisme »

Le rapporteur général du texte, Richard Ferrand, a souligné que leur inscription dans la Constitution n’avait aucun sens puis qu’elle aurait rendu « impossible la mise en œuvre de la réforme globale ». Le chef de file des députés LRM a ensuite condamné « la tartufferie » des opposants à cette disposition, déclenchant des huées dans l’Hémicycle. « C’est un engagement présidentiel », a répété la ministre de la justice, Nicole Belloubet, afin de démontrer le bien-fondé de cette mesure, s’attirant en retour des critiques contre l’insuffisance des arguments apportés. La ministre a également recueilli une bronca de l’opposition, qui lui a reproché d’avoir pris les parlementaires à la légère en proposant « un jeu » visant à s’écouter parler.

Certains députés ont également dénoncé la volonté du gouvernement d’instaurer une dose de 15 % de proportionnelle aux prochaines élections législatives. « Avec la proportionnelle, vous allez créer deux sortes de députés », a reproché le député LR, Guillaume Larrivé, tandis que son collègue, Marc Le Fur a présenté la baisse du nombre de députés comme un moyen pour Emmanuel Macron de « tenir sa majorité ».

Dans une ambiance très tendue, députés de la majorité et de l’opposition se sont aussi accusés mutuellement de faire monter le populisme. La députée (non-inscrite) Sylvia Pinel a regretté la « petite musique contre les élus qui coûteraient cher », jugeant qu’à travers son projet de baisse du nombre de parlementaires, le gouvernement allait « renforcer le populisme ». Un message repris en chœur dans les rangs de l’opposition. « Le sport national est l’antiparlementarisme », a notamment rappelé l’UDI Philippe Vigier. « La montée des populismes, c’est votre responsabilité ! », a lancé en retour le chef de file des députés MoDem, Marc Fesneau, en direction de l’opposition. Dans une ambiance toujours bien échauffée.

Lisez l’article a la source