L’entrevue entre le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, et le président sud-coréen, Moon Jae-in, la troisième seulement du genre, aura lieu dans la zone démilitarisée.

Les deux Corées se sont mises d’accord jeudi sur la date du 27 avril pour un sommet rarissime, peu après les débuts de Kim Jong-un sur la scène internationale avec une visite surprise en Chine, qui signe le retour au premier plan de la diplomatie chinoise.

Seulement le troisième du genre, ce sommet entre le dirigeant nord-coréen et le président sud-coréen, Moon Jae-in, doit précéder un face-à-face historique avec le président américain, Donald Trump, en mai.

Lire aussi :
 

Kim Jong-un et Donald Trump, le sommet des ego

« Conformément à la volonté des deux dirigeants, le Sud et le Nord sont convenus de tenir le sommet 2018 Sud-Nord le 27 avril à la Maison de la paix sud-coréenne de Panmunjom », selon un communiqué de presse conjoint. C’est dans ce village frontalier situé dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule que fut signé l’armistice de la guerre de Corée (1950-1953).

M. Kim sera ainsi le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la fin de la guerre. D’après les récits officiels de la Corée du Nord cependant, son grand-père et prédécesseur, Kim Il-sung, s’est rendu plusieurs fois durant le conflit à Séoul, tombé à deux reprises aux mains de ses forces. Les deux précédents sommets intercoréens, en 2000 et 2007, avaient eu lieu à Pyongyang.

Les deux parties sont convenues de se revoir mercredi prochain pour de nouveaux entretiens préparatoires, y compris sur le protocole et la sécurité.

Lire aussi :
 

« Le grand dessein du régime de Kim Jong-un se dévoile »

Lisez l’article a la source