Une vive tension s’observe depuis ce jeudi dans la matinée à l’Université de Kinshasa (UNIKIN). Selon des témoins joints par Radio Okapi, les policiers ont tiré des coups de feu pour disperser un groupe d’étudiants qui voulait demander au comité de gestion les suites de leurs revendications formulées la veille sur le taux de change à appliquer pour les frais de scolarité.

Les étudiants réclamaient  de payer les frais académiques au taux de 920 francs congolais (FC) le dollar américain; au lieu de 1600 francs congolais exigés par leur secrétaire général académique.

A en croire des témoins joints ce jeudi par Radio Okapi, des policiers déployés depuis mercredi sur le campus « ont tiré à balles réelles » sur ce groupe d’étudiants avant de lancer des gaz lacrymogènes.

Ces témoins font également état des cas des vols d’ordinateurs commis par ces éléments des forces de l’ordre qu’ils accusent de traquer les étudiants jusque dans leurs résidences universitaires.

Un témoin raconte ce qui s’est passé ce jeudi dans cet extrait sonore : Ecouter

Ces heurts interviennent au lendemain d’une journée mouvementée au sein du même établissement universitaire.

Pour se faire entendre, les étudiants avaient manifesté avant que des policiers interviennent et lancent  des gaz lacrymogènes dans les auditoires et les résidences d’étudiants.

La police qui dénonçait mercredi des « étudiants manipulés », a promis de se prononcer incessamment en rapport avec des accrocs signalés ce jeudi.

Le bureau de la police estudiantine incendié par des étudiants

Pour sa part, le commandant de la police de Kinshasa accuse ce groupe d’étudiants d’avoir incendié le bureau de la police estudiantine. A l’en croire, le policiers harcelés ont fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser ces étudiants et rétablir l’ordre.

« Vous voulez qu’on utilise quoi à part les gaz lacrymogènes. Vous voulez qu’on utilise quoi ? Les balles réelles ? Nous sommes là pour établir l’ordre public » a-t-il dit, indiquant que le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire s’est entretenu avec les manifestants pour trouver un compromis autour de leurs revendications.

D’après lui, la situation est actuellement redevenue calme sur le campus.

920 ou 960 franc congolais, selon le ministre Mbikayi

De son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Steve Mbikayi, déplore un malentendu à l’origine de la manifestation des étudiants. Il précise que le taux retenu pour le paiement de frais académiques reste celui de 920 ou 960 franc congolais le dollar américain, selon les établissements universitaires.

Avec Radiookapi.net