Il n’y aura pas de hausse de prix des produits pétroliers à la pompe, a annoncé le ministre de l’Economie, Joseph Kapika, lundi 31 juillet. Un compromis a été trouvé à ce sujet entre le gouvernement et les opérateurs du secteur lors de la rencontre que les deux parties ont eue à Kinshasa.

«Nous accordons certaines facilités aux sociétés pétrolières, à travers l’extinction de leurs créances. C’est pour leur permettre d’améliorer, tant soit peu, leur trésorerie. En échange, nous gelons les prix à la pompe», a précisé le ministre Kapita.

Désormais, le manque à gagner enregistré par les pétroliers à la suite de l’instabilité du taux de change, selon lui, sera calculé chaque mois. L’objectif est de permettre à l’Etat de voir comment l’éviter ou le payer.

Reconnaissant les problèmes de trésorerie « très sérieux » que rencontrent les opérateurs économiques du secteur, le gouvernement a décidé de leur accorder «certains allégements fiscaux.»

La dernière augmentation des produits pétroliers a été effectuée par le regroupement de sociétés pétrolières privées du Congo jeudi 8 juin dernier  sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo.

Le carburant est passé de 1650 à 1730 francs congolais dans les stations d’essence.

Cette augmentation du prix du litre d’essence, de gasoil et de pétrole, selon ce regroupement, répondait à la nécessité de faire face au changement constaté sur le marché quant aux paramètres de fixation du prix du carburant, notamment le taux de change.

Radiookapi