Après l’échec du Maroc pour l’organisation de l’édition du Mondial 2026, le patron de l’Union du Maghreb arabe (UMA) travaille déjà, entre autres, à une candidature commune pour la suivante.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous décidé de promouvoir l’idée d’une candidature maghrébine pour le Mondial 2030 ?

Taïeb Baccouche : L’idée a germé après deux constats : le soutien officiel et populaire de tous les Maghrébins à la candidature marocaine, et le choix d’un Mondial porté par trois pays en 2026 face au Maroc. Tout cela nous a convaincus, au secrétariat général de l’UMA, de coordonner une candidature maghrébine pour 2030 et d’entamer les démarches.

Nous souhaitons que le dossier soit porté par trois pays au minimum, et pourquoi pas cinq. La candidature peut être promue d’abord au niveau du quintet qui compose l’UMA. Ensuite, auprès des sept autres communautés économiques de l’Union africaine (UA), puis de la Ligue arabe. J’en ai déjà discuté au sommet de Nouakchott avec les dirigeants de l’UA, qui m’ont exprimé leur soutien. Pour 2030, il y aura une candidature asiatique portée par la Chine et sans doute une candidature de trois pays d’Amérique du Sud. La concurrence est sérieuse, mais l’Afrique n’a pas eu souvent sa chance. Le Maghreb a une vraie carte à jouer cette fois-ci.

Lisez l’article a la source