Au cours des quarante prochaines années, l’Australie pourrait devenir le premier pays à éradiquer le cancer du col de l’utérus. C’est ce que laisse espérer une étude montrant la diminution, parmi les jeunes Australiennes, du taux d’infection au papillomavirus humain, qui est responsable de ce type de cancer.
 

En Australie, le taux d’infection au virus du papillome humain (ou VPH, un virus qui se transmet notamment par voie sexuelle) a chuté de 22,7 % à 1,1 % entre 2005 et 2015 parmi les femmes âgées de 18 à 24 ans. C’est ce que montre une étude publiée le 7 février dans The Journal of Infectious Diseases, dirigée par Suzanne Garland, chercheuse au Royal Women’s Hospital.

Cette baisse est d’autant plus importante qu’elle laisse espérer une diminution voire une éradication du cancer du col de l’utérus dans le pays. Le VPH serait à l’origine de 99,9 % de ces cancers, assure The Guardian. Pour la chercheuse citée par le quotidien britannique, il ne

[…]

Source

L’indépendance et la qualité caractérisent ce titre né en 1821, qui abrite certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. The Guardian est le journal de référence de l’intelligentsia, des enseignants et des syndicalistes. Orienté au

[…]

Lire la suite

Lisez l’article a la source