BirdLab, l’appli participative

BirdLab est le nom de cette application ludique de sciences participatives qui propose de mettre à contribution tout ornithophile, détenteur d’un smartphone ou d’une tablette, pour mieux comprendre le comportement de nourrissage et de cohabitation des oiseaux en hiver. Elle a été conçue par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), en partenariat avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et AgroParisTech.

Novice ou expert, deux conditions préalables sont à remplir pour participer. La première est d’installer deux mangeoires identiques sur son balcon, son jardin ou sa terrasse, garnies de graines de tournesol (compter un budget compris entre 15 euros et 50 euros). Un réseau de mangeoires a également été installé dans des lieux publics à travers l’Hexagone. La seconde est de se familiariser avec les 29 espèces les plus communes des mangeoires françaises, à travers un quiz d’entraînement. Une fois que le « joueur » sait distinguer un tarin des aulnes d’un chardonneret élégant, il est habilité à inventorier les oiseaux.

Il ne reste plus qu’à ouvrir l’œil et à répertorier, par le biais d’un copier-coller des icônes d’oiseaux de l’appli, les allées et venues des volatiles en temps réel pendant les cinq minutes de chaque « partie » d’observation, et ce autant de fois qu’on le souhaite.

Les précédentes sessions d’observation ont notamment permis de déterminer que « le rouge-gorge ne supporte absolument pas la compétition avec d’autres rouges-gorges. Et que le pinson, le verdier, le tarin des aulnes ou le moineau sont très partageurs en termes de nourriture et d’espaces », lit-on sur le blog Vigie-Nature du MNHN. La cinquième saison de cette opération, commencée le 17 novembre, court jusqu’à la fin mars.

Appli gratuite, sous iOS et Android. vigienature.mnhn.fr

Oiseaux 2 Lite, l’appli de reconnaissance

Mésange bleue, panure à moustaches ou alouette haussecol ? Pas facile de reconnaître à la volée ces trois passériformes. Et, pour peu qu’on n’entende que leur chant, leur identification est quasiment impossible pour les novices. Sans l’aide d’un ouvrage de référence, tel que Le Guide Ornitho et ses 448 pages (Delachaux et Niestlé, 2015), ou d’un ornithologue à ses côtés, le roitelet passera pour une sittelle torchepot et le moineau cisalpin pour un rouge-gorge. Pour éviter les impairs, l’appli Oiseaux 2 Lite renferme une bibliothèque comprenant descriptions détaillées et photos des zoziaux, ainsi que leurs chants. Elle propose également un carnet numérique pour collecter et conserver ses propres clichés annotés.

Indécis sur l’identité d’un oiseau observé ? On peut s’appuyer à tout moment sur l’expertise de la communauté pour identifier le volatile dont on aura pris une photo au vol. On peut renseigner son habitat, sa taille, le coloris de son plumage et de ses pattes, la forme et la longueur du bec, sa couleur et son épaisseur…

Pour se mettre dans la poche ces 304 espèces d’oiseaux et leurs caractéristiques (apparence, reproduction, habitat), ainsi que plus de 2 000 photos, 550 sons, des questions de quiz illimitées, mieux vaut investir dans la version payante, Oiseaux 2 Pro (Europe), moyennant 11,99 euros. L’appli gratuite Oiseaux 2 Lite est limitée à quinze espèces.

Appli gratuite et premium, sous iOS et Android. naturemobile.org

Le MOOC ornitho, pour devenir un pro

Plutôt que de se contenter de faire un survol partiel de l’avifaune, certains observateurs opteront pour « Le MOOC ornitho », première formation francophone en ligne en Europe organisée par la LPO et l’association belge Natagora. Deux sessions sont proposées chaque année, en mars et en octobre.

Certifiant (un certificat est décerné par la Nord University en Norvège, après passage d’un examen officiel en ligne et en français, sur l’identification des oiseaux de France) et accessible à tous, ce module de cours à distance permet d’engranger des connaissances scientifiques, techniques et méthodologiques pour pratiquer l’ornithologie. « Chacun des cinq packs de cette formation comprend dix leçons de théorie suivies d’exercices ludiques et variés, explique la LPO. Sur la plate-forme, un animateur répond à vos questions et vous confie des missions à réaliser sur le terrain. »

Inscription à la session de mars 2019 ouverte depuis le 1er décembre. 150 euros/pack. lpo.fr/agir-a-nos-cotes/le-mooc-ornitho

Des sorties nature avec un expert

Applis et ouvrages de référence permettent d’acquérir les fondamentaux pour identifier les oiseaux. Mais rien ne remplacera l’aiguillage d’un expert sur le terrain. La LPO propose près de 4 000 sorties, partout en France. D’une durée de deux heures, d’une demi-journée ou de toute une journée, ces virées en petits groupes, jumelles en bandoulière, aux côtés d’un animateur nature de la Ligue, viennent parfaire les connaissances ou aiguiser l’attrait pour l’avifaune. De la toute parisienne Ornitho Express au Jardin des plantes aux Hivernants de la baie du Mont-Saint-Michel à Saint-Georges-de-Gréhaigne (Ille-et-Vilaine), ces sorties sont gratuites, ou moyennant une participation entre 5 euros et 10 euros.

Sorties toute l’année sur réservation. lpo.fr/sinformer/loisirs-nature/sorties-nature/sorties

Une agence de voyages pour fous du volant

Depuis 2004, l’agence de voyages naturalistes Escursia propose près de 90 séjours à visée ornithologique, en France et à l’étranger, à destination des néophytes comme des initiés. Ces immersions grandeur nature, des parcs naturels régionaux de France aux steppes mongoles, sont encadrées par des guides agréés par la LPO. A partir de 250 euros les quarante-huit heures en Charente-Maritime, dans la réserve naturelle de Moëze-Oléron, terre d’accueil des oiseaux migrateurs et, jusqu’à plus de 4 000 euros les deux semaines au Costa Rica, « un véritable paradis pour ornithologues, qui compte plus de 870 espèces observées ».

Réservations sur Escursia.fr. Programme 2019 sur escursia.fr/voyage-ornithologie

Marlène Duretz

L’origine de l’article >>