Les Etats-Unis sanctionnent cinq responsables de l’élection présidentielle en RDC qu’ils accusent de corruption, d’enrichissement personnel et de saper le processus démocratique. Dans un communiqué diffusé vendredi 22 février, le secrétariat d’Etat annonce donc leur interdiction du territoire américain.

Dans son communiqué, le département d’Etat américain dit d’abord ses inquiétudes légitimes, sur la conduite et la transparence du processus électoral en RDC.

Au total, cinq personnalités congolaises sont sanctionnées et inscrites sur une liste noire. Washington les accuse d’être impliquées de façon significative dans des affaires de corruption liées aux élections.

Au premier rang de ces personnalités sanctionnées figure Corneille Nangaa, président de la Commission électorale congolaise (Céni), ainsi que son vice-président, Norbert Basengezi et l’un de ses conseillers. Sanctionné également par Washington, Aubin Minaku, le président de l’Assemblée nationale de RDC et enfin Benoît Lwamba Bindu, le président de la Cour constitutionnelle.

Tous ainsi que leurs familles sont désormais interdits d’entrée sur le territoire des Etats-Unis. « Ces individus, écrit le département d’Etat américain vendredi, se sont enrichis personnellement par la corruption ou en supervisant des violences contre des personnes exerçant leur liberté d’expression et leur droit à se rassembler pacifiquement ».

Avec RFI