Pour la France, les résultats de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo annoncés mercredi ne sont pas conformes. Jean-Yves Le Drian, estime que l’opposant Martin Fayulu “était a priori le leader sortant de ces élections” et non Félix Tshisekedi.

La France a estimé jeudi que les résultats de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo annoncés mercredi n’étaient “pas conformes” et que l’opposant Martin Fayulu en était “a priori” le vainqueur. “Il semble bien que les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là”, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur la chaîne d’information CNEWS. “La conférence épiscopale du Congo a fait des vérifications, a annoncé des résultats qui étaient totalement différents”, a-t-il ajouté.

Félix Tshisekedi vainqueur avec 38,57% des voix. Le candidat de l’opposition Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de l’élection du 30 décembre avec 38,57% des voix devant l’autre tête de l’opposition divisée, Martin Fayulu (34,8%). Celui-ci a aussitôt contesté le résultat et dénoncé un “putsch électoral”.

La puissante conférence épiscopale congolaise (Cenco), qui avait déployé une mission d’observation du scrutin, avait déclaré le 4 janvier connaître le nom du vainqueur, sans le nommer. “Il faut qu’on garde son calme, qu’on évite les affrontements et que la clarté soit faite sur ces résultats qui sont inverses à ce que l’on imaginait, à ce qui était avancé”, a poursuivi Jean-Yves Le Drian.

“Cela peut mal tourner”. “Cela peut mal tourner parce que Martin Fayulu était a priori le leader sortant de ces élections”, a-t-il ajouté. “La France a saisi le Conseil de sécurité en fin de semaine dernière pour que les résultats constatés soient les résultats réels”, a-t-il poursuivi. “Elle souhaite que les chefs d’Etat africains et les organisations africaines puissent agir pour que les résultats soient les vrais résultats des élections”, a-t-il relevé.

Europe1