Deux hommes ont été blessés, dimanche, dans une explosion dans la capitale du Texas, la quatrième en un mois.

Deux hommes d’une vingtaine d’années ont été blessés, dimanche 18 mars, dans une nouvelle explosion à Austin, la quatrième en un mois dans la capitale du Texas, aux Etats-Unis. La police pense, désormais, avoir affaire à « un poseur de bombes en série » plus compétent qu’initialement imaginé. Trois autres colis piégés ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés.

Les victimes de l’explosion de dimanche sont « deux hommes de 22 et 23 ans, deux hommes anglo-saxons », a déclaré, lundi, Brian Manley, le chef de la police d’Austin, en précisant qu’ils étaient à l’hôpital avec des « blessures importantes », mais « en état stable ». Cette nouvelle explosion est survenue quelques heures à peine après que la police a lancé un nouvel appel à se rendre à l’auteur ou aux auteurs des précédentes attaques. « Nous avons clairement affaire à ce qu’on nous pensons être un poseur de bombes en série », a estimé Brian Manley.

Les enquêteurs suivaient jusqu’ici la piste de crimes racistes, toutes les victimes des trois premières explosions étant noires ou hispaniques. Après cette quatrième attaque, les autorités n’excluent aucune hypothèse. « C’est la question depuis le début, est-ce du terrorisme, est-ce [un crime] raciste. Nous sommes seulement dans les phases préliminaires » de l’enquête, a avancé M. Manley.

Lire aussi :
 

Texas : deux morts dans l’explosion de trois colis piégés, la police étudie la piste raciste

Des « similitudes » entre les explosions

Si les autorités évoquent des « similitudes » entre les trois premières explosions et celle de dimanche, plusieurs différences ont été remarquées dans leur modus operandi. Le dernier dispositif de déclenchement de l’explosion est ainsi « un peu plus sophistiqué » que les précédents, selon Fred Malinowski, agent du Bureau of Alcohol Tobacco and Firearms (ATF).

Les deux jeunes hommes sembleraient avoir provoqué l’explosion en marchant sur un fil déclencheur installé au bord de la route. Lors des trois précédentes attaques, les colis avaient été déposés devant les habitations des victimes.

Le premier colis piégé, le 2 mars, a tué Anthony Stephan House, un Afro-Américain de 39 ans. Le 12 mars, dans la matinée, un autre colis a tué Draylen Mason, 17 ans, lui aussi Afro-Américain et a blessé sa mère. Quelques heures plus tard, une nouvelle bombe blessait grièvement une femme de 75 ans, d’origine hispanique.

Lundi matin, le chef de la police d’Austin a tenu à rassurer la population en expliquant avoir balayé la zone et en assurant qu’elle était « maintenant sûre ». Plus de 350 agents du FBI ont été déployés dans la région. Une rançon de 115 000 dollars est offerte pour toute information pouvant conduire à l’arrestation du ou des coupables.

Lisez l’article a la source