Le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), projet de recherche basé au Centre de coopération internationale de l’Université de New York, a publié son dernier sondage avant la présidentielle du 30 décembre. Cette étude est réalisée en partenariat avec le Bureau d’études, de Recherches, et de Consulting International (BERCI) et Ipsos South Africa. Les sondages révèlent un électorat avide de changement. Dans le précédent sondage publié en octobre par GEC, Félix Tshisekedi arrivait en tête des intentions de vote avec 36%. Il était suivi de Vital Kamerhe à 17%. Emmanuel Ramazani Shadari arrivait 3e avec 16% des intentions de vote devant Martin Fayulu et Freddy Matungulu.

Le nouveau sondage indique que si les élections sont libres et équitables, un candidat de l’opposition serait presque certain de remporter la présidence. Selon ce rapport, Martin Fayulu est le favori, avec 44% (BERCI: 45%; Ipsos/GeoPoll: 42%) du vote prévu, devant les 24% de Felix Tshisekedi (BERCI: 28%; Ipsos/GeoPoll: 20%) ; 18% (BERCI: 20%; Ipsos/GeoPoll: 15%) voteraient pour Emmanuel Shadary.

L’étude ajoute que Fayulu a obtenu une nette majorité dans la plupart des 26 provinces, à l’exception de l’Ituri, du Sankuru et du Maniema, qui favorisaient Shadary, et du Sud-Kivu, du Kasaï Central, du Kasaï, du Kasaï Oriental et du Haut Lomami où une majorité soutient Tshisekedi.

Le GEC explique que bien que les deux entreprises de sondage aient utilisé le même questionnaire, leur méthodologie était légèrement différente. BERCI a interviewé 1,196 personnes dans une liste de 2 000 numéros de téléphone obtenus lors d’un sondage national randomisé en face à face mené conjointement avec le GEC en 2016 et portant sur 7 500 ménages répartis dans 469 sites urbains et ruraux. Ipsos/GeoPoll a sélectionné les personnes interrogées selon une méthodologie de numérotation aléatoire, atteignant 902 personnes âgées de 18 ans et plus à partir d’une base de données nationale de 1,5 million de numéros de téléphone congolais. Bien que les deux sondages aient abouti à des conclusions globalement similaires, il existait certaines divergences. Ici nous présentons la moyenne des deux sondages, que nous listons également entre parenthèses séparément.