Le président Donald Trump a indiqué qu’il avait posté 80 militaires au Gabon pour protéger les intérêts américains en cas de troubles à l’annonce du résultat des élections en République démocratique du Congo, où les forces de sécurité congolaises ont commencé à prendre localement des mesures.

« Le personnel des forces armées des Etats-Unis s’est déployé à Libreville au Gabon, afin d’être en mesure d’assurer la sécurité des citoyens, du personnel et des installations diplomatiques américaines à Kinshasa en République démocratique du Congo« , a écrit le président américain dans une lettre aux présidents des deux chambres du Congrès.

« Ce déploiement d’environ 80 personnes est une réponse à la possibilité que des manifestations violentes puissent survenir en République démocratique du Congo en réaction aux élections du 30 décembre« , a ajouté le président américain dans la lettre diffusée par son service de presse.

Voir l'image sur TwitterLes premiers renforts sont arrivés au Gabon le 2 janvier « avec des combats d’équipements appropriés, soutenu par des forces armées aériennes« .

Des troubles sont redoutés à l’annonce des résultats provisoires de l’élection présidentielle initialement prévue pour dimanche. L’annonce a été reportée à « la semaine prochaine« , a cependant indiqué samedi le président de la Commission électorale.

En RDC, des mesures ont été prises dans la province du Kasaï central, fief d’un des deux candidats d’opposition, Félix Tshisekedi.

« Tout attroupement de deux ou trois personnes le long des principales artères de la ville est interdit. Cette mesure reste en vigueur jusqu’à nouvel ordre« , a indiqué le commissaire provincial de police.

VOA