Félix Tshisekedi a dévoilé samedi 2 mars le programme des 100 premiers jours de son mandat à la tête de la RDC. La paix et la sécurité, les routes, la santé, l’agriculture… Un plan ambitieux qui intègre aussi le dégel sur le plan politique. Le nouveau président entend en effet libérer dans les prochains jours les prisonniers politiques et faire revenir les exilés politiques.

Selon le nouveau chef de l’Etat, tous les détenus politiques de la République démocratique du Congo seront bientôt libérés. Félix Tshisekedi croit ainsi consolider les acquis de la démocratie. « Dans les dix jours, je vais prendre une mesure de grâce présidentielle au bénéfice des prisonniers politiques ayant été condamnés », a-t-il lancé en présentant son programme pour ses cent premiers jours au pouvoir.

Des instructions, a déclaré le président congolais, seront également données au ministre de la Justice pour prendre toutes les mesures nécessaires pour une libération conditionnelle de toutes les autres personnes détenues pour des délits d’opinion.

Présentation du Programme d’Urgence pour les 100 premiers jours du Président de la République S.E. Félix-Antoine Tshisekedi.
Le Chef de l’Etat dévoile son programme axé sur la Sécurité, la justice, les infrastructures et voies de communication, l’éducation, la décrispation…

Félix Tshisekedi a dit aussi sa volonté de faire revenir tous les exilés qui sont bloqués à l’extérieur. « Je vais œuvrer activement à créer les conditions d’un retour rapide des compatriotes qui se trouvent actuellement à l’extérieur du pays pour des raisons politiques », a-t-il annoncé.

Parmi les politiques bloqués à l’étranger, l’opposant Moïse Katumbi. Joint au téléphone, l’ancien gouverneur du Katanga s’est félicité de la décision annoncée par le président Tshisekedi.

Des chants et des slogans contre les sortants

La présentation de ce programme a été entrecoupée par des chansons contre le gouvernement sortant. Tout au long de la cérémonie, des chants et slogans en défaveur du Premier ministre sortant Bruno Tshibala ont été par exemple scandés. Assis à la tribune, l’intéressé, concentré, n’a montré aucun signe d’agacement. Egalement ciblés, certains ministres, le président du Conseil national de suivi de l’accord de la Saint-Sylvestre, Joseph Olenghankoy et aussi le gouverneur sortant de la ville de Kinshasa, André Kimbuta.

Globalement, ils sont accusés de n’avoir pas bien géré le pays. A Félix Tshisekedi, à travers des chansons, il lui a été demandé de ne pas reconduire les ministres et autres dirigeants qui n’auraient pas été brillants dans la gestion des affaires de l’Etat.

Pour sa part, le nouveau chef de l’Etat, comme une réponse, a calibré son message essentiellement sur des projets à impact visible, mais aussi sur l’éthique et la bonne gouvernance.

(RFI)