Le sénateur Abdoulaye Yerodia, ancien proche de Kabila-père est décédé à Kinshasa. Les Congolais ont appris, ce mardi matin, le décès d’Abdoulaye Yerodia Ndombasi. Il avait été un des quatre vice-présidents du gouvernement de transition en République démocratique du Congo (RDC) entre 2003 et 2006.

Né le 5 janvier 1933, cet ancien compagnon du célèbre révolutionnaire argentin Ernesto Che Guevara et ami de l’ancien Premier ministre chinois Zhou Enlai était également un proche de Laurent-Désiré Kabila, le tombeur du maréchal Mobutu Sese Seko. Abdoulaye Yerodia Ndombasi et Laurent-Désiré Kabila avaient tissé des liens très étroits depuis l’époque de la lutte pour l’indépendance au début des années 1960, en passant par la résistance 1964-1965 dans les maquis de Hewa Bora jusqu’à la prise du pouvoir à Kinshasa par l’AFDL en mai 1997.

Retour en RDC

C’est alors que Yerodia quitte la France et retourne en RDC pour être nommé directeur de cabinet du président de la République avant de prendre la tête des Affaires étrangères. En 1998, une rébellion prorwandaise éclate à l’est du pays. Yerodia prône la résistance et appelle à exterminer les « infiltrés ». Un appel entendu par la population, et particulièrement à Kinshasa et à Kisangani où des personnes qualifiées de « collabos », furent brûlées vives.

Mandat annulé

Le monde entier s’émeut. Un mandat d’arrêt international est alors émis en Belgique pour crime contre l’humanité, atteinte à la liberté, et autres persécutions et apartheid. Cependant, ce mandat est annulé moins de deux ans plus tard. A la faveur des accords conclus avec les différentes rébellions, Abdoulaye Yerodia est désigné vice-président de la République pour le compte du pouvoir de Kinshasa. Et en 2006, il entre au Sénat.

(Avec RFI)