Le président national du CRP (Congrès de Résistance Patriotique) a dénoncé et condamné énergiquement les incursions des forces de l’ordre la nuit de jeudi 9 au vendredi 10 février 2017 dans la ville de Tshimbulu du territoire de Dibaya dans la province du Kasai-Central. Pour Michel M.Kanama il s’agit là d’un massacre de membres de la communauté locale qui se revendiquent du Chef traditionnel Kamwina Nsapu assassiné en août 2016 par la garde prétorienne du président Joseph Kabila.

Dans une déclaration rendue public le samedi 11 février et dont la rédaction de Congotribune a pu obtenir une copie, le président national du CRP évoque la volonté délibérée et préconçue du régime de manipuler l’opinion nationale et internationale dans le but de créer la confusion, les alibis et les conditions pour justifier ses intentions de se maintenir éternellement au pouvoir.

Rejetant les accusations et manipulations du pouvoir qui qualifie les membres de cette communauté locale du territoire de Dibaya des miliciens et des drogués, le président national du CRP soutient les revendications légitimes de Membres de cette communauté locale qui, pour lui, exerce son droit de légitime défense contre l’assassinat ignoble de leur chef traditionnel Kamwina Nsapu par les sbires du régime d’occupation et le maintien de Joseph Kabila au pouvoir.

M.Michel Kanama a appelé l’Union Africaine et le Conseil de Sécurité des Nations Unies d’enquêter indépendamment sur les massacres commis dans cette partie de la République démocratique du Congo pour y établir les responsabilités et sanctionner les coupables.

Lire l’intégralité de la déclaration

DECLARATION RELATIVE AU MASSACRE DE MEMBRES SE REVENDIQUANT DU CHEF TRADITIONNEL KAMWINA NSAPU DANS LA VILLE DE TSHIMBULU DU 10 AU 11 FEVRIER 2016 DANS LA PROVINCE DU KASAI-CENTRAL

Le Congrès de Résistance Patriotique (CRP) dénonce et condamne les incursions des forces de l’ordre la nuit de jeudi 9 au vendredi 10 février 2017 dans la ville de Tshimbulu du territoire de Dibaya dans la province du Kasai-Central qui ont tourné au massacre de membres de la communauté qui se revendiquent du Chef traditionnel Kamwina Nsapu assassiné en août 2016.
Le CRP déplore le carnage de plus de 200 personnes perpétré depuis le début des incursions menées par les forces du mal du président illégal et illégitime Joseph Kabila qui accuse les membres se revendiquant du chef traditionnel Kamwina Nsapu d’insurrection. Il ne s’agit guère d’insurrection née de la multiplication des conflits coutumiers, mais plutôt de la volonté délibérée et préconçue du régime d’occupation criminel de Joseph Kabila en place en République démocratique du Congo de manipuler l’opinion nationale et internationale dans le but de créer la confusion, les alibis et les conditions pour justifier ses intentions de s’accrocher éternellement au pouvoir.

Le CRP rejette les accusations et manipulations du pouvoir anti-peuple de Kinshasa qui qualifie les membres de cette communauté locale du territoire de Dibaya des miliciens et des drogués. Le CRP soutient les revendications légitimes d’une communauté locale exerçant son droit de légitime défense contre l’assassinat ignoble de leur chef traditionnel Kamwina Nsapu par les sbires du régime d’occupation et le maintien de Joseph Kabila au pouvoir.

Le CRP reconnaît et défend les entités, les valeurs et l’Autorité traditionnelles qui constituent le fondement de l’Etat et de la population réelle en République démocratique du Congo. Le CRP condamne et met en garde contre toute violation et atteinte des entités et de l’Autorité traditionnelles et exhorte la police nationale et les forces armées congolaises d’épargner et protéger les populations locales du territoire de Dibaya ainsi que toutes les communautés locales de notre territoire national; de s’abstenir des actes criminels, de désobéir formellement aux ordres malveillants et antipatriotiques du régime illégal, illégitime et criminel de Joseph Kabila.

Le CRP convie enfin l’Union Africaine, la Communauté internationale par le biais du Conseil de Sécurité des Nations Unies de mener une enquête indépendante sur les massacres commis dans cette partie de la République démocratique du Congo pour y établir les responsabilités et sanctionner les coupables.

Paris, 11 février 2017

Michel M.Kanama

Président national du CRP

M. Michel Mutikila Kanama président national du CRP