L’ambassade de la RDC en Belgique a délivré le 8 mars le passeport biométrique congolais de Moïse Katumbi. Toutes les conditions « sécuritaires » ne seraient néanmoins pas encore réunies pour envisager le retour au pays de l’opposant, en exil forcé depuis 2016.

En exil forcé depuis 2016, l’opposant Moïse Katumbi a obtenu son passeport biométrique congolais le 8 mars, délivré par l’ambassade de la RDC en Belgique. « Nous saluons le fait que le président Moïse Katumbi ait obtenu ce jour son passeport congolais », a réagi sur Twitter sa plateforme Ensemble pour le changement.

Ensemble pour le Changement@Ensemble_MK
Nous saluons le fait que le Pdt @Moise_Katumbi ait obtenu ce jour son passeport congolais, 1ère étape vers un nécessaire retour à la normale après + de 2 ans de harcèlement judiciaire de l’Etat. Nous appelons le pouvoir à rétablir pleinement l’Etat de droit, pour tout Congolais.

Un retour en RDC encore incertain

Moïse Katumbi avait entamé en février dernier les formalités pour récupérer son passeport biométrique auprès de l’ambassade de la RDC en Belgique. L’aboutissement de ces démarches est « première étape vers un nécessaire retour à la normale après plus de deux ans de harcèlement judiciaire de l’État », a précisé la plateforme de l’opposant, qui a appelé « le pouvoir à rétablir pleinement l’État de droit, pour tout Congolais ».

« Nous saluons ce geste qui est un grand pas vers la normalisation de la situation politique générale du pays », a indiqué à Jeune Afrique Salomon Idi Della Kalonda, le conseiller politique de l’opposant, qui n’a pas souhaité s’exprimer.

Le retour au pays de l’ex-gouverneur du Katanga n’est cependant pas encore prévu. « Des conditions sécuritaires et politiques doivent être réglées avant d’envisager un retour du président Katumbi », a souligné son conseiller politique.

(Jeuneafrique)