En République démocratique du Congo, le président national du CRP (Congrès de Résistance Patriotique) en exil, a publié une déclaration politique dans laquelle il dénonce violemment la naïveté et cupidité de l’opposition dans la conclusion des accords du 18 octobre et 31 décembre 2016 qui ont favorisé le maintien de Joseph Kabila au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel qui a expiré 20 décembre 2016.

Dans cette déclaration datée du 20 octobre 2017,  M.Michel Kanama réaffirme la position de son mouvement : «les deux dialogues, dont le premier sous l’égide de l’Union Africaine avec l’ancien premier ministre togolais Edem Kodjo et le second sous l’égide de la  Conférence épiscopale nationale des évêques catholiques (Cenco), n’avaient aucun caractère d’inclusivité et le CRP ne reconnaît et ne reconnaitra aucun gouvernement et aucune transition avec ou sous Joseph Kabila après le 20 décembre 2016», a-t-il martelé.

Pour M. Michel Kanama, les accords conclus entre pouvoir et opposition au terme de deux «dialogues exclusifs» partisans du 18 octobre et 31 décembre 2016, abusivement qualifiés d’ «inclusifs» avaient pour but le partage du gâteau ; ils traduisent clairement la volonté délibérée et concertée du pouvoir et opposition de violer conjointement la constitution. Lire la suite…