Les autorités américaines ont appelé mercredi à la transparence en République démocratique du Congo, où la Cour constitutionnelle a commencé à examiner le recours déposé après l’élection présidentielle contestée du 30 décembre.

Alors que les tensions augmentent en RDC, où la commission électorale a proclamé l’opposant Félix Tshisekedi vainqueur du scrutin avec 38,57% des voix contre 34,8% pour son principal rival, Martin Fayulu, le langage diplomatique américain s’est durci.

Washington a expliqué « reconnaître les inquiétudes légitimes concernant la transparence du processus électoral ».

Les Etats-Unis « appellent la Cour constitutionnelle à suivre un processus légal, juste et transparent pour résoudre les disputes électorales », a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Robert Palladino, dans un communiqué.

Les avocats de Martin Fayulu ont présenté mardi devant la Cour constitutionnelle leurs arguments en faveur d’une invalidation des résultats de l’élection présidentielle du 30 décembre.

Martin Fayulu dénonce un « putsch électoral » du président sortant, Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, avec la « complicité » de M. Tshisekedi.

AFP/VOA